Concrètement...

Mesurer l’audition

 

Lors d’une première visite, l’audioprothésiste installe le patient dans une pièce insonorisée avec un casque sur les oreilles pour mesurer son seuil auditif. Grâce à cela, il obtient une courbe d’audition appelée « audiogramme », celle-ci lui permet d’évaluer l’acuité auditive de son patient.

 

Aider à choisir la prothèse

 

En fonction du constat auditif, l’audioprothésiste décide d’appareiller ou non l’individu. En premier lieu, il lui présente les différents types d’embouts existants et leurs caractéristiques techniques. Bien sur, le coût sera une variable primordiale pour le futur appareillé. Après cette étape, l’audioprothésiste prend l’empreinte du conduit auditif avec une pâte silicone pour réaliser un embout sur mesure et effectuer un test.

 

Suivi et entretien

 

Après la fabrication et la mise au point de l’appareil auditif sur le patient,des réglages et des phases tests permettent de vérifier l’efficience de la prothèse. Après une période d’adaptation, l’audioprothésiste revoit régulièrement le patient pour suivre l’évolution de son audition, régler les problèmes d’inconfort s'il y a lieu et contrôle l’appareil d’’un point de vue purement technique (piles, nettoyage…)

 

La clientèle

 

Une clientèle multi-générationnelle.

Généralement, l’audioprothésiste s’occupe d’une clientèle âgée de plus de 50 ans mais son public concerne aussi les bébés malentendants et les jeunes souffrant de perte d’audition due à une activité hautement nocive pour leurs auditions : exemple : choc auditif suite à un concert.

 

Expliquer et rassurer

 

L’audioprothésiste dialogue non seulement avec le patient mais aussi avec son entourage. Il leur explique le fonctionnement de la prothèse/antibruit, les interroge sur les besoins/gênes de la personne appareillée. C’est un métier où le sens de la communication est primordial.

 

Indépendant ou salarié

 

L’audioprothésiste travaille en tant qu’indépendant ou au sein d’un groupement de centres de correction auditive.

 

Un demande fleurissante ?

 

Actuellement, près de 5 200 000 français souffrent de déficience auditive, cependant, seulement 15% d’entre eux soit environ 800 000 sont appareillés. Par ailleurs, le dépistage de la surdité devient de plus en plus précoce et le vieillissement de la population s’opère.

 

Précision pour 2050, plus de 50% de la population aura plus de 50 ans.

L’audioprothésiste a encore de belles années devant lui.

 

 

Aujourd’hui les fournisseurs de prothèses antibruit innovent constamment pour vous apporter invisibilité et performance.

 

 

Accepter de porter une aide/protection, c’est accepter de vivre pleinement.

 

 

L'Audio'Boum

L’audioprothésiste est l’acteur incontournable du contrôle de votre audition en France. Acteur majeur du paramédical, il est le spécialiste à consulter en cas de préoccupations, lésions…

 

A l’image du segment de l’optique il y a 20 ans, le domaine de l’audition est en pleine évolution. De nos jours, les audioprothésistes ont le choix entre l’indépendance et l’adhésion à un groupement. 65% des audioprothésistes sont salariés en France et 35% d’entre-eux restent libéraux.

 

En quête d’autonomie, avoir la liberté de proposer des prix et un panel de produits reste une force. Le client n’est pas attaché à une enseigne mais à un professionnel, on parle de proximité. Cependant, l’action locale ne peut prétendre à la puissance d’un groupement, ainsi, servir une enseigne, c’est représenter une puissance économique importante et bénéficier de privilèges tels que la publicité, l’image du réseau, la notoriété de celle-ci et d’une philosophie.

 

Une majorité d’audioprothésistes affiche leur optimisme à l’accroissement du niveau d’activité de leur point de vente dans les prochaines années. En effet, la hausse du nombre de séniors se traduit par une concurrence qui s’intensifie, le parc de laboratoires a été multiplié par deux ces 10 dernières années, fruit de la course à l’innovation des produits.

 

Remarque : 60% des audioprothésistes possèdent 2 points de vente en moyenne.

 

Radiographie de l’audioprothèse en 2009

 

Le nombre d’audioprothésistes ne cesse d’augmenter, avec une hausse de 60% en 8 ans selon l’étude de la DREES, en passant de 1422 audioprothésistes en 2001 à 2227 audioprothésistes.

 

La France est un pays bien couvert dans sa globalité avec une densité de 3,6 audioprothésistes pour 100 000 habitants.

 

Ce recensement concerne uniquement les professionnels actifs et ne tiennent pas compte des centres secondaires, c’est pourquoi le chiffre réel du nombre de centres est considérablement plus élevé et avoisine les 3250 centres d’audioprothèse au vu de l’annuaire d’audiophonologie. (OCEP)

  • Certaines régions détiennent un palmarès d’affluence, parmi elles :
  1. L’île de France avec 362 professionnels
  2. Le Rhône-Alpes avec 269 professionnels
  3. La Provence Alpes-Côte d’Azur avec 235 professionnels

 

Le Nord de la France, peu attractif autrefois, réussit à accroître ses proportions avec une hausse de 20% dans l’Aisne, 23% dans le Nord et 25% dans le Pas de Calais entre 2006 et 2009.

 

En 2002, 603 audioprothésistes « libéraux » (39,5%) et 917 salariés (60,1%)

En 2009, 811 audioprothésistes « libéraux » (36,4%) et 1418 salariés (63,6%

En mai 2013, 4100 centres d'Audioprothèse en France !