Une vision moderne

En 2010, les nuisances sonores au travail concernent près d’un salarié français sur trois.

 

Cause majeure de maladie professionnelle, les atteintes au système auditif sont une réalité quotidienne.

Les secteurs du TP/BTP sont les plus touchés par ces expositions nocives.

En cas d’exposition prolongée à des niveaux élevés, le bruit peut entrainer des lésions irréversibles.

 

A des niveaux plus bas, le bruit apparaît comme une nuisance aux effets extra-auditifs  multiples :

 

  • Stress
  • Fatigue
  • Trouble du sommeil
  • Isolement social
  • Agressivité

 

Le décret N°2006-892 du 19 juillet 2006, définit les seuils d’action et les limites d’exposition, celui-ci s’appuit sur deux variables : le niveau d’exposition sonore quotidien (Lex A) et le niveau de pression acoustique de crête (Lpc).

 

A 85 dB(A), la réglementation rend obligatoire l’utilisation de protecteur individuel contre le bruit (PICB).

 

Pour cela, de nombreuses entreprises mettent en œuvre des moyens de mesures pour l’évaluation des risques liés au bruit. Il existe des services spécialisés : Santé au travail - (Médecins, CHSCT, ACMO, Ergonome, bureaux de contrôle…)

 

Un outil de mesure : la cartographie aussi appelée « sonométrie » qui permet l’analyse de l’environnement sonore par fréquences.

 

Le monde professionnel est exposé au respect des normes de sécurité et d’hygiène au travail.

 

Tandis que la lutte contre le bruit commence à pénétrer les mœurs des travailleurs, les citoyens français sont désinformés des risques encourus par une non-protection de leur capital auditif.

 

Ceux qui s’équipent aujourd’hui de protection sont des victimes du bruit, ils ont su capter les messages de sensibilisation et/ou ont subi un traumatisme (acouphènes, hyperacousiques…) suite à un choc auditif (Concert, Discothèque, Lecteur Mp3…)

 

Quelques exemples d’activités quotidiennes/hebdomadaires dangereuses pour vos oreilles.

 

  • Une perceuse (85-90 dB(A) dans un fonctionnement normal)
  • Un instrument acoustique jouant forte (90 dB(A) pour une guitare / 110 dB(A) pour un violon)
  • L’écoute du lecteur Mp3 (90 à 110 dB(A))
  • Une tondeuse à gazon (100 dB(A) pour un outil moderne)
  • Une balade en moto à 100 Km/h  (jusqu’à 100 dB(A) de prise d’air dans le casque)
  • Une soirée en discothèque (réglementé à 105 dB(A) maximum)
  • Un concert de rock (120 à 130 dB(A))
  • Une cymbale (137 dB(C))
  • Un tir de fusil d'assaut (170 dB(C)).

 

Une protection totale de votre capital santé !

Dites Ouïe à la protection auditive.

 

 

Une priorité nationale

Les instances nationales ont décrétées depuis plusieurs années maintenant une priorité à la prévention du risque du bruit. Dans sa vie de chaque jour, au travail comme chez soi, ou pour ses loisirs, les nuisances sonores, sans s'en rendre compte, modifient nos comportements par, immédiatement du stress, et à long terme, des difficultés auditives sources de désocialisation.

 

Sur ce lien vous trouverez les informations relatives à l'implication du législateur.