Lexique de l'audition

A

Acouphène

Sensation auditive persistante (bourdonnements, sifflements) perçue en l’absence de toute stimulation sonore.

 

Acoustique

Branche de la mécanique s’occupant de la production, de la propagation, de la mesure et des effets des ondes de pression constituant le son.

 

Aides auditives

Amplificateurs correcteurs miniaturisés qu’utilisent les malentendants pour percevoir les sons et faciliter la compréhension de la parole.

 

Aires auditives

Zones du cerveau plus particulièrement dédiées à l’audition.

 

Appareillage

Terme général, désignant le fait d’appareiller un patient. L’appareillage par l’audioprothésiste comprend le choix, l’adaptation, la délivrance et le contrôle d’efficacité des aides auditives.

 

Audiogramme (tonal et vocal) / Audiométrie

L’audiogramme tonal est représentatif de la sensibilité de l’oreille aux diverses fréquences sonores. L’audiogramme vocal est représentatif de l’aptitude à comprendre la parole. L’examen audiométrique correspond à un ensemble de techniques indolores et sans danger destinées à explorer la fonction auditive. L’examen audiométrique le plus courant consiste à recueillir les réponses d’un sujet à diverses stimulations sonores.

 

Audiologie

Branche de la médecine s’intéressant à l’étude, au diagnostic, à la réhabilitation et à la prévention des altérations de l’audition.

 

Audioprothésiste

Praticien responsable du choix, de l’adaptation, de la délivrance, et du contrôle d’efficacité des aides auditives.

 

Audition

Action d’entendre. Entendre implique la contribution de trois éléments : un phénomène physique (le son), un récepteur (l’oreille) et un système de traitement de l’information (le cerveau).

 

B

Bouchons d’oreilles

Petits obturateurs en mousse ou en silicone que l’on place dans le conduit auditif pour protéger l’oreille du bruit ou de l’intrusion d’eau (voir aussi cérumen).

 

Bruit

Le bruit n’a aucune spécificité, aucune caractéristique physique qui permette de le définir. On ne peut le caractériser que sur des critères perceptifs et biologiques : tous les sons deviennent du bruit lorsqu’ils sont gênants.

 

Bruits de loisirs

Les activités de loisirs comme les sports mécaniques ou la chasse et plus encore la musique.

 

C

Cellules ciliées

Cellules sensorielles de l’audition situées dans l’oreille interne et subdivisées en cellules internes et externes. Elles analysent les vibrations sonores et les transforment en influx nerveux.

 

Cérumen

Sécrétion jaune à brunâtre de la partie la plus externe du conduit auditif ; cette substance a des propriétés lubrifiantes, antiseptiques et de défense de l’oreille contre les intrusions d’insectes ou de poussières.

 

Cochlée

La cochlée ou limaçon est la partie de l’oreille interne dévolue à l’audition ; une autre partie de l’oreille interne intervient dans l’équilibre.

 

Conduction osseuse

Transmission par les os d’une vibration appliquée au squelette. En réhabilitation auditive, il est possible de court-circuiter le système de transmission en appliquant sur une partie osseuse, en général la mastoïde, un vibrateur connecté à une prothèse auditive.

 

Conduit auditif

Partie de l’oreille externe faisant suite au pavillon et ayant la forme d’un tube contourné cartilagineux puis osseux d’environ 2,5 cm. Il conduit le son de l’extérieur au tympan.

 

Cophose

Surdité totale affectant une ou les deux oreilles

 

D

Décibel

L’échelle des décibels (abréviation dB) est une échelle logarithmique conçue pour exprimer l’intensité physique des sons dont les niveaux, dans notre environnement habituel, vont de 0 dB, seuil de l’audition, à 120 dB, niveau très élevé. Le décibel (dB) représente la plus petite variation d’intensité sonore perceptible par l’oreille humaine. Chaque fois que le niveau croît de 10 dB, on entend 2 fois plus fort.

 

E

Embout

Pièce en matière plastique ou en silicone moulée sur le conduit auditif. L’embout empêche les sifflements intempestifs dus à l’effet Larsen et maintient le tube de sortie de certaines aides auditives.

 

F

Fatigue auditive

Perturbation de l’audition (bourdonnement, audition cotonneuse...) survenant après une exposition brève à des niveaux sonores élevés : phénomène temporaire et réversible mais provoquant cependant des microtraumatismes indélébiles de l’oreille interne.

 

H

Handicap auditif

Le handicap auditif résulte d’une privation sensorielle plus ou moins sévère. Le malentendant a des difficultés à communiquer avec ses semblables ; il est privé des moyens sonores de communication : téléphone, radio, diffusion sonore ; il a également une écoute fragmentaire de son environnement sonore.

 

Hyperacousie

Extrême sensibilité aux sons même de niveau modéré provoquant une sensation auditive douloureuse. Accompagne quelquefois les surdités et/ou les acouphènes.

 

Hypoacousie

Diminution de la sensation d’intensité sonore. Terme médical ayant une signification proche de surdité et de déficience auditive.

 

I

Impédancemétrie

Examen indolore et sans danger pratiqué couramment par le médecin O.R.L. pour étudier la transmission des sons à l’oreille interne.

 

 

L

Langage signé

Moyen de communication par signes et gestes se substituant à la communication audio-verbale et utilisé par les sourds.

 

Larsen (effet)

Couplage entre l’écouteur et le micro d’une aide auditive engendrant un sifflement autoentretenu désagréable.

 

Lecture labiale

La plupart des malentendants pallient partiellement leur handicap et améliorent leurs capacités de communication en discernant les mots à partir des mouvements des lèvres.

 

M

Maladie de Ménière

Due à une pression trop élevée des liquides de l’oreille interne, cette affection très invalidante peut entraîner surdité, acouphènes et vertiges.

 

N

Niveau de confort

On appelle ainsi le niveau sonore qu’un malentendant trouve confortable pour écouter la parole ; ce niveau doit être recherché par l’audioprothésiste lors de l’adaptation d’une aide auditive.

 

Niveau sonore

Valeur exprimée en décibel représentative de l’intensité des sons. Le plus faible niveau perçu par l’oreille humaine est de zéro décibel. Les sons nocifs pour l’oreille ont un niveau supérieur à 90 décibels.

 

O

Ondes acoustiques ou sonores

Les ondes acoustiques ont pour origine une perturbation du milieu aérien dans lequel elles se propagent sous la forme d’une onde constituée par

de petites variations de pression. Les ondes sonores sont la partie des ondes acoustiques qui provoquent chez l’homme une sensation auditive ; elles ont une fréquence comprise entre 20 et 20.000 hertz. Au-dessous de 20 Hz, se trouvent les infrasons et au-dessus de 20.000 Hz les ultrasons.

 

Oreille

L’oreille se subdivise en 3 parties : externe, moyenne et interne. Les deux premières parties assurent la transmission du son ; la troisième renferme les cellules sensorielles de l’audition.

 

Orthophoniste

Spécialiste de l’éducation et de la rééducation du langage. L’orthophoniste a, avec l’audioprothésiste, un rôle très important dans l’apprentissage de la parole, puis dans le développement et l’éducation de l’enfant sourd.

 

Osselets (chaîne des)

Ensemble des trois plus petits os du corps humain - le marteau, l’enclume et l’étrier qui fonctionnent comme un système de levier et transmettent en les amplifiant les vibrations du tympan à l’oreille interne.

 

Otalgie ou Otite

Inflammations de l’oreille d’origine infectieuse ou virale localisée dans l’oreille externe ou moyenne. Affection généralement douloureuse, cédant à un traitement approprié.

 

Otologie

Etude de l’oreille, de ses maladies et de leur traitement.

 

Otoscope

Instrument servant à examiner le conduit auditif.

 

Otospongiose

Affection d’origine génétique se manifestant par le blocage du fonctionnement de l’étrier ou par une surdité de perception due à une atteinte cochléaire.

 

P

Presbyacousie

Surdité progressive attribuée à l’âge, mais dont la précocité d’apparition et la gravité résultent également des diverses agressions et traumatismes subis au cours de l’existence : bruit, médicaments ototoxiques, pathologies diverses...

 

Protections auditives

Dispositifs obturateurs, bouchons d’oreille ou casque, permettant de protéger l’oreille du bruit ou de la musique écoutée à forte dose.

 

R

Rapport signal/bruit

En pratique et dans le cas de la réhabilitation de l’audition, différence entre le niveau de la parole et le niveau du bruit. Il doit être positif pour que la parole soit bien comprise.

 

Recrutement, sur-recrutement

Dans les surdités de perception, le seuil d’audition douloureuse est conservé (recrutement) ou même abaissé (sur-recrutement) et l’audition de sons de niveau élevé devient douloureuse, voire insupportable.

 

 

S

Sélectivité fréquentielle

Capacité de l’oreille à séparer des sons de fréquences différentes émis simultanément. Dans la plupart des surdités, la sélectivité fréquentielle diminue rendant plus difficile la compréhension de la parole dans le bruit et la localisation des sources sonores.

 

Seuil de l’audition

Niveau sonore au-dessous duquel le son n’est pas perçu par un sujet donné. Le seuil normal est situé à 0 dB et s’élève d’autant plus que la surdité est grave ; la surdité est définie comme une élévation irréversible du seuil de l’audition.


Seuil d’audition douloureuse

Niveau au-dessus duquel les sons procurent une sensation auditive douloureuse (voir recrutement).

 

Son

Ce mot désigne un phénomène physique, une onde de pression dans des expressions telles que vitesse ou propagation du son. C’est aussi la sensation auditive ressentie par un sujet et produite par ce phénomène lorsqu’on parle de son fort, ou son aigu ou encore de son agréable.

 

Sonomètre

Appareil de mesure des niveaux sonores.

 

Surdité ou déficience auditive

La définition de la surdité repose sur le fait de ne pas entendre des sons qui sont normalement perçus ; on parle alors de perte auditive. On distingue des surdités légères, moyennes, sévères et profondes. On exprime la perte auditive en décibels (de 20 à 100 dB), mais on peut exprimer en pourcentage, ce qui est incorrect mais ne prête pas à confusion. Une autre classification prend comme critère la localisation de l’altération auditive ; on distingue alors les surdités de transmission (oreille externe et moyenne), de perception (oreille interne), mixtes, et nerveuses.

 

Surdité de perception

Surdité provenant d’une altération de l’oreille interne. Seul l’appareillage permet une réhabilitation.

 

Surdité professionnelle

Forme de surdité traumatique acquise au cours d’un exercice professionnel pratiqué en milieu bruyant.

 

Surdité traumatique

Altération de l’audition consécutive à une exposition à des niveaux sonores élevés et due à une atteinte des cellules sensorielles de l’oreille interne.

 

T

Traumatisme sonore aigu

Accident auditif survenant brutalement à la suite d’une exposition de courte durée à des niveaux sonores élevés, généralement supérieurs à 110 dB. Se traduit par une surdité et/ou des acouphènes.

 

Trompe d’Eustache

Conduit ordinairement fermé reliant le pharynx à l’oreille moyenne. La trompe d’Eustache s’ouvre lorsque l’on déglutit ou lorsque l’on baille ; elle permet l’aération de l’oreille moyenne et l’équilibrage des pressions entre ce compartiment et l’extérieur.

 

Tympan

Membrane étanche de forme conique et de 8 à 9 mm de diamètre située au fond du conduit auditif. Le tympan vibre sous l’effet des variations de la pression sonore.